Moi et mon parcours

Je suis installé depuis 1994, après une première expérience au sein de la ferme de mon père, dans l’Ain. Ma ferme actuelle, à la Perrière, appartenait aupravant à mes beaux parents, et est AB depuis 1976. Ce qui signifie que depuis 40 ans cette ferme n’a reçu aucun produit chimique de synthèse, et sa fertilité n’a pas diminuée grâce à la complémentarité mise en place entre les animaux et les végétaux.

La moitié de ma ferme est consacrée aux céréales et aux culture fourragères, l’autre moitié aux vaches allaitantes, avec une mise en rotation des terre. L’objectif (atteint) est de faire vivre ma ferme sans intrants extérieurs. 

Notre production

Ce n’est que depuis peu que je transforme mes céréales en farine,et je propose des farines AB allant de la farine blanche à la farine complète.  On trouvera plus d'élèments nutritifs dans les farines semi-complètes et complètes (à partir de la T80) plus de germes, de petit-son, et plus de vitamines B. Elles ont également plus de goût par rapport à la farine blanche (T55, T65), plus moulue, ce qui est dû au processus de fabrication : les T55 et T65 sont plus filtrèes et moulues, donc les élèments comme les germes ou l'enveloppe du son sont moins présent dans le résultat final. 

Je propose également des farines d’épeautre  (moins de gluten que dans le blé) et de sarrasin (blé noir).

Pourquoi avoir choisi d’intégrer le collectif Percheron

Mon engagement auprès du collectif est d’abord militant et non pas commercial. J’ai été enormement impliqué dans le passé dans des démarches visant à structurer la filière viande, étant notamment un des fondateurs de la structure unébio, qui regroupe des centaines d'éleveurs bio. J’ai donc, par expérience, compris l’intérêt des démarches collectives, de la nécessité de mettre ses énergies en commun. Il faut savoir se  regrouper et mettre une organisation en place pour que es  opérations collectives montent en puissance

Les avantages du bio sur nos produits

Au delà de la qualité de mes produits, de la garantie d'une absence de produits phytosanitaires et de pesticides c'est dans la démarche globale qu'existe le sens de l'agriculture AB. Il est important de trouver une complémentarité sur une ferme  bio, par exemple en utilisant la couche chaude issue du fumier pour tuer les mauvaises herbes sur ses champs céréaliers. Un système bio n'est cohérent que si on retrouve un équilibre entre animaux et végétaux.